VIENT DE PARAÎTRE   VAGUE MELANCOLIQUE de Cath LEFEBVRE


VIENT DE PARAÎTRE, ouvrage de Cath LEFEBVRE : VAGUE MELANCOLIQUE....
Ci-dessous préface de Daouda MBOUOBOUO
 
Ouvrage à commander au prix de 10 € + 1,46 € (port lettre verte)en contactant l'auteur     Cath59.lefebvre@gmail.com
 
PRÉFACE
 
Une rencontre peut changer la direction du vent, le schéma d’une vie mais encore faut-il pouvoir positivement l’interpréter ! À juste titre tout est dans la nature, la saveur, dans la mesure, car en fait il suffit d’un peu d’attention pour croiser le regard de l’autre et y déceler la vérité que l’on attendait.
Le hasard en réalité n’existe pas et comme le disait si bien Pasteur : « il ne favorise que les esprits bien préparés ». Voici un esprit, une âme bien préparée ! Cath Lefebvre qui n’ayant pas fini de donner raison à ses mots, donne ainsi un sens à sa vie à travers ce recueil, dans lequel elle a su insuffler la dose d’amour qu’il fallait à l’humain pour se réaliser.
C’est un recueil cathartique, qui ressort en puissance mais exprime tout en chanson les vicissitudes de la vie alliant nos joies, nos peines, nos douleurs, nos larmes puisées dans le tréfonds de nos âmes. Une luciole dans la nuit, la nuit de nos maux à travers une voix qui apaise d’une « vague mélancolique » ; cet océan qui s’étend à perte de vue comme le vertige d’un homme au crépuscule de sa vie ; une vague conscience tenue au souffle du vent, un épisode de tourments, de tourbillons agités par le vent de la douleur mais surtout de l’amour…L’amour douloureux des autres, pour les autres. Une véritable cave aux trésors, emprunte subitement d’une mélodie que l’on cerne mais dont on n’arrive pas à en restreindre le champ voire le chant.
Ah nous y sommes ! Un champ de lumières, un chant d’étoiles… Le chant de la poésie, le chant de la constance, le chant de la simplicité noble, de la « traditionnaliste », de la créativité. Mais le champ ! Le champ des larges spectres, le champ des labours poétiques, de la rime poétique, du rythme poétique qui, à bien y regarder, dégagent une vibrante émotion esthétique provoquant l’euphorie de la forme, des formes. Une émotion thématique ensuite, d’où l’observance de la bataille des idées formulées et des sujets traités, bref le contenu sémantique. Une émotion pragmatique enfin, traduite par ce degré ultime de l’émotion souligné dans la plupart de ses vers qui poussent à l’action, qui se traduit par l’action et nous touche résolument, nous émeut à l’extrême, nous commande de faire et exige que l’on fasse !
En fait, un champ d’art naturel, transformé, travaillé, transmuté avec le beau comme objectif et l’émotion comme finalité. Cath Lefebvre a fini par dompter le langage poétique, domestiquer l’expression poétique, maîtriser le verbe poétique, mettre la langue au service de l’esthétique, mettre le vers en liberté contrôlée.
Une révolution discrète de la forme, de l’écriture, une accélération profonde et prononcée des figures de style, une élaboration minutieuse des champs sémantiques et lexicaux, une appropriation certaine et affirmative de son moi, qui nous interpelle tout comme Victor Hugo lorsqu’il disait : « quand je te parle de moi, je te parle de toi, insensé toi qui crois que je ne suis pas toi ».
Les mots comme les maux effectivement nous parlent assidument, calmement, voire très gentiment, pour ne pas brusquer la fragilité de nos cœurs mais pour permettre l’accès à une certaine maturité spirituelle – Cath Lefebvre est aussi spirituelle et côtoie par ses muses des grands maîtres comme Charles Baudelaire, William Shakespeare et Victor Hugo… « J’ai rêvé que j’écrivais un poème ». En réalité Cath Lefebvre écrit désormais des Poèmes et ce n’est plus un rêve !
 
Daouda MBOUOBOUO
Poète-écrivain
Président de la Société des Poètes et Artistes du Cameroun (SPAC)
Ambassadeur du Cercle universel de la paix France-Suisse
Lauréat du prix Guillaume Apollinaire des jeux floraux du Béarn 2013

Écrire commentaire

Commentaires : 0